Sport et Rentrée scolaire

enfants-sports-fernand-lopez

Ne le forcez jamais à pratiquer un sport vers lequel il n’est pas attiré

L’attrait pour une discipline particulière est un moteur que vous avez tout à fait intérêt à exploiter si vous désirez amener votre enfant à aimer le sport. Ceci ne doit pas vous empêcher d’essayer de faire évoluer ses goûts en discutant avec lui sur ses motivations réelles etéventuellement en lui faisant découvrir un sport qui vous est cher en l’amenant à un match, en visionnant une vidéo internet avec lui ou en faisant une heure de pratique en sa compagnie.

Veillez à ce qu’il en fasse ni trop, ni pas assez

L’idéal pour une pratique « saine » et constructive c’est de respecter un certain quota d’heures par semaine en plus de l’EPS à l’école : 3 à 5 heures s’il a moins de 9 ans, 5 à 6 heures s’il a entre 9 et 12 ans, 7 à 10 heures s’il a entre 12 et 18 ans. Attention ce ne sont pas que des heures de cours en club ! Les heures passées à faire du vélo, de la piscine, du roller… entrent bien entendu en ligne de compte. S’il y a « sous-dosage », il n’y aura pas de véritable apprentissage ni de développement physique suffisant. S’il y a surdosage, il existe de véritables risques pour la santé de l’enfant (fatigue, troubles du sommeil, baisse de l’immunité, perturbation de l’humeur…).

Privilégiez la variété

Les sports se regroupent en 5 grandes catégories : sports de performance (athlétisme,natation sportive), sports d’expression (danse, gym…), sport de duel (tennis, escrime, lutte,boxe, MMA …), sports collectifs (foot, hand, rugby…) et sport de nature (escalade, vélo,canoë…). En pratiquant un sport de chaque catégorie (en club ou association, en stage, à l’école, en week-end…), un minimum de 30 heures par an, vous permettez à votre enfant de se constituer un socle d’habilités motrices et ainsi de laisser les portes ouvertes s’il veut aborder avec facilité n’importe quelle autre activité physique ou se spécialiser.

Ne le spécialisez pas trop tôt même s’il se montre prometteur dans une discipline

Lorsque l’on regarde les parcours des grands champions, il est intéressant de constater que dans la plupart des cas, au cours de leur enfance, ceux-ci pratiquaient longtemps plusieurs sports (et pas forcément celui qui allait devenir leur spécialité) avant de se dédier à une seule discipline. D’ailleurs, la spécialisation a souvent lieu à un âge relativement avancé (20 ans pour la cycliste Jeannie Longo, 13 ans pour le judoka Teddy Rinner, 15 ans pour l’athlète Christophe Le maître). C’est la preuve qu’une spécialisation précoce n’est pas un passage obligé pour exceller dans une discipline. Sans compter qu’en pratiquant un seul sport, l’enfant rate une occasion de développer tout son potentiel physique et mental.

Passé 12 ans, n’encouragez pas forcément la mixité

Les activités sportives pratiquées entre garçons et filles permettent à votre enfant d’apprendre à vivre avec les autres sans distinction de sexe. En revanche, inutile de faire du forcing après 12 ans s’il préfère se retrouver avec ses amis du même sexe. Il existe à cet âge des dimensions anatomiques, biologiques, sexuelles mais aussi sociales et culturelles qui rendent nécessaire la différenciation.

Adaptez les activités à son âge

On n’a pas le même potentiel respiratoire et musculaire à 6 ans et à 15 ans. Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir une activité :
– Entre 3 et 7 ans, les enfants possèdent un angle de vision de 70° contre 180° pour l’adulte. Ceci est à considérer dans sa pratique d’un sport collectif par exemple où de multiples éléments visuels doivent être pris en compte.
– Entre 7 et 9 ans, faire des efforts plutôt intenses d’une durée supérieure à 20 secondes est très difficile. Il faut éviter les efforts trop répétés avec une récupération courte et plutôt miser sur les apprentissages techniques (gestes, manipulations, qualité d’exécution). A considérer pour la natation ou l’athlétisme par exemple.
– Entre 9 et 12 ans, les garçons deviennent plus endurants que les filles.
– Entre 12 et 15 ans, il faut privilégier les exercices variés et endurants et plutôt éviter le travail en force.
– Entre 15 et 18 ans, il peut exécuter des efforts à forte intensité d’une durée comprise entre 1 et 3 minutes.

Assurez-vous qu’à 12 ans il maîtrise bien la natation, la course et le vélo

À 12 ans, votre enfant doit savoir courir, savoir faire du vélo et savoir nager. La maîtrise de ces activités va lui permettre de développer l’ensemble des compétences physiques indispensables à son équilibre présent et futur.
Sources : Francine et Patrick Seners, deux professeurs agrégés d’EPS, « Quels sports pour votre enfant » ? aux Éditions Thierry Souccar.

  1. Une question, une remarque, une demande de devis ? C'est rapide !

Album photos